Avec deux hôpitaux régionaux autonomes et complémentaires, la sécurité sanitaire serait assurée pour tous les Neuchâtelois 24h sur 24h comme c'est le cas aujourd'hui.

C'est loin d'être certain: en cas de démantèlement de l'HNE, il faudrait séparer en deux le département cantonal des urgences/SMUR avec un risque élevé de fuite des médecins. L'exemple de l'HJB montre que les urgences d'un hôpital régional n'ont rien à voir avec celle d'un hôpital cantonal, que ce soit pour le volume de cas ou la formation de la relève.

Le démantèlement de l'hôpital cantonal pour créer deux hôpitaux régionaux autonomes permettra de rapatrier des cas aujourd'hui hospitalisés hors canton

C'est de la désinformation: l'effet sera inverse avec la disparition à court terme de plusieurs acitivités pluridisciplinaires (Centre du sein, Stroke unit, filières de réadaptation, etc). Aujourd'hui, l'HNE dispose de 26 accréditations FMH sur les 37 existantes, contre seulement 12 pour un hôpital régional comme l'HJB. Et qui paye 55% de la facture de chaque cas stationnaire, extra-cantonal compris? Le contribuable neuchâtelois.

Dans le débat diffusé par RTN, Katia Babey a indiqué que la présence d’un hôpital de soins aigus était indispensable pour favoriser l'installation des futurs médecins de famille

L'association faîtière des médecins de famille neuchâtelois lui a envoyé une lettre ouverte pour souligner que c'est au contraire le contre-projet qui permettra de favoriser la relève avec une formation « clé en main » cantonale (site de soins, aigus, CTR, policlinique, cabinet médical) reconnue par la FMH.

Lire la lettre ouverte (PDF)

La mise en œuvre du contre-projet du Conseil d'Etat sur la réorganisation spatiale de l'HNE entraînerait de 100 à 150 licenciements, selon les initiants sur leur page Facebook en s'appuyant sur un power-point interne tronqué

C'est (encore une fois) de la désinformation. La réduction du nombre de postes de travail se fera dans la mesure du possible par rotation du personnel tout en permettant d'économiser 12 millions de francs par an.

Facebook - Initiative 2 hôpitaux, 21.01.2017

Slide non tronquée

L'initiative populaire pour deux hôpitaux autonomes et complémentaires "est beaucoup moins chère" que le contre-projet du Conseil d'Etat et du Grand Conseil, selon Claude-André Moser, membre du comité d'initiative

Problème: le propos ne repose sur aucune étude ni aucun chiffre. Quel coût pour la nécessaire réfection du site de La Chaux-de-Fonds? Quels coûts de fonctionnement pour la reconstitution de doublons au niveau des blocs opératoires? Quels coûts pour les transferts des cas de réadaptation, discipline appelée à se déliter en cas de non au contre-projet? Quel avenir pour la pédiatrie dans les Montagnes avec la dislocation prévue de l'HNE? Aucune réponse. L'argumentaire repose sur de belles promesses non étayées.

Selon ses promoteurs, l'initiative pour deux hôpitaux autonomes et complémentaires soumise au peuple le 12 février prochain "garantirait une meilleure prise en charge de la réadaptation"

C'est une contre-vérité. Le texte demande un CTR associé "à chacun des sites aigus" sans dire dans quels locaux, avec quelles missions, ni avec quel personnel médico-soignant. Ce n'est simplement pas sérieux alors que tous les médecins spécialisés réclament depuis cinq ans la réunion sous un seul toit pour pouvoir s'organiser par filières de soins cantonales et anticiper la mise en oeuvre du nouveau système de tarification ST-Reha.

Selon certains élus opposés au projet, la réalisation de la réorganisation spatiale de l'HNE coûterait un demi-milliard de francs à l'Etat

C'est de la désinformation. Dans les faits, la reprise par l'Etat de 200 millions de dette que l'HNE a hérité lors de sa création est une opération comptable qui ne coûtera pas un franc de plus aux contribuables. Les cautionnements de 55 et 57 millions de francs votés par le GC remplacent des cautionnements déjà existants. Reste le cautionnement de 160 millions accordé pour permettre à l'HNE de construire le Nouvel hôpital des Montagnes (en attendant 80 millions supplémentaires pour le centre ambulatoire de PRT).

Il s'agit d'investissements pour rationnaliser une organisation insatisfaisante, avec 12 millions d'économies de fonctionnement à la clé par an. En contrepartie, l'Etat récupérera les sites actuels avec la possibilité de les valoriser et donc de récupérer plusieurs millions de francs.

Les petits hôpitaux de soins aigus constituent un modèle d'avenir

Le débat bernois en vue de la votation du 27 novembre prochain souligne au contraire leur grande fragilité, en particulier en matière de qualité de la prise en charge faute de masses critiques suffisantes. 

Lire l'article de Der Bund:  http://bit.ly/2eTr4wZ

Ce serait beaucoup plus logique de rénover le site actuel de l'HNE-La Chaux-de-Fonds que de construire un nouveau bâtiment devisé à 150 millions (175 millions si on intègre la psychiatrie) comme le prévoit le projet de réorganisation spatiale?

Pas du tout: en 2012, un bureau spécialisé a estimé qu'il fallait compter entre 110 et 130 millions pour mettre le bâtiment aux normes actuelles, sans améliorer sa structure. En outre, la rénovation du site se ferait pendant son exploitation, ce qui allongerait considérablement la durée des travaux, avec des nuisances qui rendraient l'utilisation des locaux difficile.

Consulter la foire aux questions disponible sur le site de l'Etat de Neuchâtel: http://bit.ly/2e7ouIX

Neuchâtel exporte un nombre exagéré de patients stationnaires hors canton, et la création de deux hôpitaux autonomes de soins aigus permettrait de corriger le tir

En 2015, derniers chiffres de l'OFS, les hospitalisations extracantonales représentaient 22,1% des cas pris en charge (+0,6% par rapport à 2014) dans le canton de Neuchâtel. A Fribourg le taux était de 26,5% (+1,5%), contre 36,9% dans le Jura (+3,4%) et 14,5% en Valais (+0,2%). La dissolution de l'HNE comme hôpital cantonal pour créer deux petits hôpitaux autonomes ("plus modestes", selon les initiants) renforcerait l'exode des Neuchâtelois, avec des disciplines appelées à disparaître à court terme.

Consulter l'étude de l'OFS: http://bit.ly/2i9Ygl9

 

Le Nouvel Hôpital des Montagnes ne sera pas "un vrai hôpital"

C'est une vision datée du monde hospitalier. Le futur hôpital comprendra non seulement quatre filières de réadaptation, mais aussi des urgences 24h sur 24h, un départ SMUR, des policliniques médico-chirurgicale, pédiatrique et gynécologique, un plateau technique diagnostic et un unité d'observation de courte durée.

Ce sera aussi un pôle de formation qui favorisera l'implantation de jeunes médecins en cabinet privé, comme le souligne Joël Rillot, coordinateur du cursus neuchâtelois de médecin de famille.