Quatre patients de l'HNE à l'assaut de la Quille du Diable

23.09.2016

Encadrés par des cardiologues, quatre patients neuchâtelois qui suivent le programme de réadaptation cardio-vasculaire ont fait l'ascension d'un sommet à près de 3000 mètres d'altitude.

 «Atteindre des sommets.» C'est le nom de l'expédition organisée mi-septembre par les Hôpitaux universitaires genevois dans le massif des Diablerets avec des patients victimes d’un infarctus du myocarde. Quatre patients neuchâtelois qui suivent le programme de réadaptation cardio-vasculaire ambulatoire de l'HNE ont participé à cette marche de trois jours en compagnie du Dr Cyril Pellaton, cardiologue à l'HNE. La petite équipe, une vingtaine de personnes au total, a gravi la Quille du Diable, un sommet du massif des Diablerets qui flirte avec les 3000 mètres d’altitude.

Les médecins et leurs patients, accompagnés par un guide haute montagne, ont passé deux nuits en cabane, à 2000 et 2556 m avant d’atteindre le sommet.  «C’était un grand défi pour moi, souligne Fernando Marzo, victime d’un infarctus fin 2015. Comme je suis plus citadin que montagnard, ça n'a pas été facile. Je me suis prouvé que je pouvais y arriver. Et j'ai été émerveillé par les paysages de montagne.» La préparation du projet lui a redonné goût aux activités sportives. «Avant mon infarctus, je ne faisais plus grand-chose. Aujourd'hui, j'essaie de faire deux ou trois heures d'activité physique chaque semaine. Ma condition physique est bien meilleure.»

Le Dr Cyril Pellaton défend le retour à une vie normale après un infarctus. «L'atmosphère durant ces trois jours de marche fut très positive, détaille-t-il. Avec un bon encadrement on peut encourager ces patients à effectuer de l'exercice physique et à adopter une meilleure hygiène de vie.» L'expérience, organisée sous le patronage des Professeurs François Mach des HUG et René Prêtre du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et soutenue par la Fondation privée des HUG, devrait être reconduite l'an prochain.